Castanéiculteurs et marrons

Organiser de la qualité des châtaignes




Cynips châtaigniers

Contrôle présence
des Torymus

Portes greffes



Greffer des arbres
fruitiers
















Les abeilles

 Formations apicoles

Aventures-traditions

Aéronautique

La charbonnière

Création de sites





 

 

 

Page précédente


La production de châtaignes* (marrons) de bonne qualité arrivant sur la table du consommateur est loin d'être incitative pour que ce dernier inscrive la châtaigne plus souvent dans son alimentation . Samedi 13 octobre 2018, achat de "marrons", donc des châtaignes non cloisonnées chez les distributeurs majeurs de l'alimentation humaine. Ce qui chagrine après avoir écouté les conférences à Tech Châtaigne le 06/10/2108 à St Yrieix c'étais de confirmer ce que nous savions déjà depuis 3 ans : la qualité des châtaignes fraîches est très mauvaise sur la table du consommateur (1). Un petit tour chez les distributeurs alimentaires que sont nos supers marchés favoris, nous a rassuré : la qualité est toujours aussi déplorable. Quand au prix c'est 9.95 au plus bas et 9.99 au plus cher.

Les Castanéiculteurs ne sont pas de consommateurs de châtaignes (marrons). Ils dévorent des yeux la trancheuse qui va déterminer le prix de leur livraison et la quantité de poids rejetée. C'est certes un exercice éprouvant. Mais que diraient ils devant leurs assiettes avec toutes ces châtaignes qu'ils n'auraient pas mangées car noires, échauffées ou verrées ??. 
Un retraité du hameau de Galinat mange, puis congèle toute la production des ses trois châtaigniers qui font de 4 à 6 mètres de diamètre. C'est un consommateur de châtaignes issues des nouveaux hybrides non cloisonnées. Elles sont ramassées, consommées ou congelées immédiatement. En fin de repas, c'est rare si une châtaigne reste dans sont assiette.

Donc il n'y a pas urgence à planter des châtaigniers car le marché ne se développera pas avec une aussi mauvaise qualité sur la table du consommateur
(2). La Castanéiculture est une excellente filière à condition de n'être pas le producteur de châtaigne. Les techniciens de la châtaigne parlent bien, c'est leur métier, d'ailleurs, ils ne savent que parler pour pérenniser leur emploi

Les machines à ramasser les châtaignes sont bien loin d'avoir une qualité de travail se rapprochant de celui de l'homme. Les châtaignes qui ce sont échappées au premier passage de la machine ne seront pas automatiquement ramassées au second passage. Au fil des passages, il y a des châtaignes récemment tombées et quelques anciennes "oubliées" donc altérées qui sont ramassées. 
C'est la première raison d'une qualité qui sera dégradée. Pour autant, même avec des récoltes sur filets
(3) où il ne reste aucune châtaigne au sol il y a eu aussi de mauvaises qualités en 2018. La fréquence des passages peut dans ce cas être responsable. Ce n'est pas rien de "rouler" châtaignes et bogues et de les porter à la débogueuse (4) .
Contrairement aux dires des castanéiculteurs, le carpocapse et baladin étaient responsables de très peu de mauvaises châtaignes en 2018. Ensuite viendront s'ajouter comme éléments d'altérations, des délais de stockage sur le champs et du transports chez le commerçant.

Pour la viande de consommation humaine, la chaîne de conservation est au point (5). Depuis l'abattoir jusqu'à l'assiette du consommateur et ce sur des durées de trois mois en toute sécurité. D'ailleurs, c'est au plus long de la conservation qu'est la meilleure qualité gustative.


Copyright © 2017  Christian Ceyral, tous droits réservés. 
Créé le 15 12 2017 Mise à jour le :  04/01/2019 12:02:44

..

(1) Les châtaignes d'autrefois n'auraient pas nourrie nos campagnes si elles n'avaient pas eu plus de qualité de conservation que les châtaignes modernes hybridées. Les premières hybridations se sont faite à la station INRA de la Migoule à Ussac en Corrèze dans les années 1950. Donc le consommateur là et ailleurs dicte ses exigences basées sur bien souvent sur l'irrationnel. La sagesse n'est pas le point fort du consommateur.
Les châtaignes issues des nouveaux hybrides non cloisonnées (marrons) sont extrêmement fragiles. Il n'y a aucune diversité génétique, d'où leur altération immédiate dès la chute au sol. 
 
(2) Tout reste à repenser, méthodes culturales, variétés, récolte, conservation à partir de la chute au sol des fruits. 
 
(3) La récolte sur filet est de très bonne qualité. Néanmoins, elle doit être effectuée pour être optimum tous les deux jours en début de saison, et ensuite tous les jours en fin de saison. 
 
(4)

 

Quel que soit le mode de récolte au sol, il doit être fait le plus souvent possible. La qualité se dégrade très vite. Il va sans dire que récoltées, les châtaignes sont à intégrées sans délai dans la meilleure chaîne de conservation possible.
 
(5) Des caves à viandes sont installées dans certaines de nos grandes surfaces. Certes ce n'est pas très écologique de par une consommation conséquente d'énergie, mais quel délice !. Il peut y avoir des viandes qui atteignent les 90 jours. Intermarché à Montignac Lascaux a une belle présentation de ces viandes millésimées.
 
(6)

 

C'est bien des français qui sont allez chercher des variétés de châtaigniers pour produire plus. Ils sont allé soit en Italie, soit au Japon ou encore en Asie. En fait, pour faire plus que les autres, il ont réduit la production française avec l'import du cynips dans du végétal. 
  
(7) Comment améliorer la qualité de la récolte ?. Des technologies modernes et chimiques vont voler au secours des castanéiculteurs qui vont faire la course avec les producteurs de pommes en nombre de traitements chimiques.
  
(8) Une visite à nos châtaigniers anciens qui avaient des feuilles bien avant l'arrivée de l'encre peuvent nous renseigner sur la qualité de leurs portes greffes. 
 - ils sont résistants à l'encre (et certifié)
 - ils sont résistants à la sécheresse
 - ils sont résistants au gel
 - Les variétés au dessus des portes greffes ont logé des abeilles et de tous oiseaux
 - bref, ils ont résisté à deux siècles d'intempéries et de beau temps en offrant de magnifiques fruits encore aujourd'hui.
Reste plus qu'à. . . . 

Les variétés que portent ces plants de châtaignier sont à évaluer : à chacun la sienne
. Déjà leur conservation est bien meilleure. Des calibres de moins de 65 châtaignes au kilogramme non cloisonnées étaient au rendez vous en 2018.
 La folie du toujours plus, du toujours plus gros, du toujours plus plus est elle pérenne ?