Les châtaignes de notre enfance : C.sativa

Quelle est la surface
butinée par une ruche ?

 

 



Les châtaigniers

Greffons C.sativa mc




Portes greffes Marsol

Châtaignes en liberté

Projet d'une plantation

Conservation des châtaignes

Génération châtaignes

Créez votre variété

Maladie de l'encre

Maladie des chancres

Dégâts du gibier






Le Cynips du châtaignier

Contrôle présence
des Torymus


Élevage des Torymus

Quelques arbres magnifiques 










Nos abeilles

Des essaims éducatifs à 60 €


 

Que serions nous sans les châtaignes

Un simple témoignage d'une époque vécu en Dordogne

Des châtaignes chaudes dans les poches, une culotte courte des chaussettes tricotées avec la laine des brebis qui montent au genoux. Une paire de chaussures en bois avec une sole de paille. En 1953 voilà mon "paquetage" au combien valorisant avec lequel j'allais 6/7 jours par semaine au village distant de trois kilomètres de la ferme. Bien plus tard, nous emportions du pain tranché dans une gamelle en alu comme à l'armée. A midi une personne nous "trempait" la soupe avec un bouillon clair de légumes. Peu à peu le repas de midi s'améliorait, une cantine fut ouverte et les châtaignes n'avaient plus la place dominante l'hiver sur le chemin de l'école. Néanmoins à la maison c'était un aliment très utilisé et très économique.
Nos châtaigniers locaux depuis des siècles ont fait leur vie à leur guise. Néanmoins, les abeilles ont interféré dans une diversité grandiose. Il est fort à parier que cette multitude de diversité génétiques est la clé de leur bonne conservation encore de nos jours. 
Bien évidemment nos variétés anciennes étaient greffées néanmoins, cherchez les origines de la variété Montagne qui a fait un très long chemin.

"Dis moi Paul, ton châtaignier du Couderc, tu me donnerai des greffons"
- oui bien sûr Jean, prend ce tu a besoin.
Ainsi Jean avait apprécié les châtaignes de Paul, il souhaitait en avoir les mêmes tout simplement. Et de châtaignes semées en châtaigniers greffés nous voilà avec des multicentenaires qui ont traversé les siècles et . . . . qui nous ont nourri.


La récolte des châtaignes se faisait avec les voisins en groupe, comme les vendanges au début du 21e siècle. Chacun allait aider chez les voisins à châtaigner. Le cheval ramenait la récolte le soir en tirant la charrette . Le soir, c'était le repas pris en commun et la veillées autour de la cheminée, les femmes tricotaient les hommes jouaient aux cartes et racontaient blagues et contes.
Les variétés traditionnelles anciennes étaient responsables de la production d'un demi million de tonne de châtaignes pour nourri la population française au 19 siècle et aussi les animaux.

La démarche aujourd'hui, c'est d'inciter les jeunes afin de recréer la châtaigneraie ancienne par des portes greffes sativa mc et des variétés de châtaignes anciennes non cloisonnées greffées.
Les variétés nouvelles (1960) manquent de diversité, avec le recours aux châtaigniers d'Asie Castanea crenata et Castanea mollissima. Ces dernières habituées au terroir asiatique ont dû s'adapter à notre terroir français. Qui plus est elles ont dû faire face à une pollinisation unique et sauvage.



La variété Marigoule à été créée en pollinisation ouverte.

.

Pour manger des châtaignes grillées toute l'année, il faut les mettre au congélateur au plus tard 24 heures après leur chute au sol. Idéalement en poche plastique sous vide, elles conservent un meilleur goût. Les mettre au four préchauffé sans les décongeler.
Bonne dégustation castanéicole.
 

Les fruits ne disparaîtront que quand l'homme ne s'occupera plus assez bien d'eux : c'est déjà le cas.

Copyright 2017 -  Christian Ceyral informations légales, crée le : 14/05/2017 Mise à jour le : 14/01/2019

 ©