Porte greffe Castanea sativa Malhas

Quelle est la surface
butinée par une ruche ?

 

 

 

Accueil

Stage greffes d'arbres

Programme greffe d'arbres

 Formulaire d'inscription




Le Cynips du châtaignier

Contrôle présence
des Torymus


Portes greffes Marsol







Diverses formations pratiques  

Contact  

Nos abeilles

Des essaims éducatifs à 60 €


Porte greffe Marsol
Science fiction, réalité ou bon sens ?

Une imposture ?? peut être

Castanea sativa Mill est considéré comme le châtaignier "endémique" européen : erreur !!!. L'arrivée du cynips à permis de valider la thèse qui dit que Castanea savita n'est pas du tout le châtaignier unique originaire d'Europe. Ce dernier est divisible en une multitude de sous variétés non pas seulement par pays, mais de sous variétés dans un même pays européen, voire dans le même hameau.
Déjà pour faire simple, le porte greffe
Marsol est une hybridation supposée (source INRA) entre Castanea sativa (Europe) et Castanea crenata (Japon). Les châtaignes récoltés et semées issues de cette hybridation ont un patrimoine génétique qui n'est pas identique entre elles. Une châtaigne a un patrimoine génétique qui a de très fortes chances de ne pas être le même qu'une châtaigne d'une autre bogue, et surtout d'une autre bogue de l'autre géniteur.
 - Admettons ; mais quelle est la sous espèce de Castanea sativa Mill qui a été utilisée pour cette hybridation supposée ?.  
 - De même si nous allions visiter le Japon, fort vraisemblablement que nous y trouverions aussi comme en Europe une multitudes de sous variétés de Castanea crenata. A dire vrai, il n'est pas possible que l'obtention Marsol soit une lignée identique déjà de par la pollinisation même contrôlée. Néanmoins sont développement de la gale aurait dû à lui seul éloigner ce porte greffe inadapté au cynips qui n'était pas un inconnu au début du siècle.
Des caractéristiques sont propre à chaque lignée sélectionnée. Tous les paramètres semblent contrôlés (résistance aux maladies, développement rapide, multiplication etc..) . . . sauf que nos chercheurs et scientifiques n'ont pas pris en compte la mondialisation. L'équilibre des balances commerciales et par voie de conséquence l'arrivée de toutes choses indésirables accompagnant ces équilibres d'échanges commerciaux. Le cynips, qui ne demandait pas mieux que de voyager, s'est glissé dans ces échanges commerciaux qui ont semblés être la panacée universelle. 
Des marchands ou castanéiculteurs *1 sont allé chercher le Cynips en Asie (et en Italie), et l'ont transporté vraisemblablement avec du végétal. Ce dernier était sensé améliorer la castanéiculture européenne. En réalité ils l'ont mise en péril grave. Ainsi est passé au second plan, l'encre et le chancre qui n'ont plus la première priorité. Dorénavant, la star du châtaignier c'est le Cynips, celui qui fait le soleil ou la tempête chez le castanéiculteurs et dans les taillis.
Plus malin que les hommes, le cynips se régale d'erreurs humaines. Marsol est l'agent améliorant  la reproduction du Cynips. Il est à craindre que Bouche de Bétizac qui à connu pas mal de soucis de conservation en 2017 puisse être atteinte par les pupes de cynips mortes dans ses bourgeons. Où 2017 était une année à problème divers et 2018 tout ira mieux. Marsol est le choix qui aurait dû être totalement remis en question depuis le début du siècle. Il existe forcément une sous variété de porte greffe de C. sativa qui induirai la mort des pupes de Cynips sur la partie aérienne. Si un porte greffe peu être considéré comme résistant au chancre, il y a forcément un échange porte greffe / greffon qui permet cette résistance. Il y a obligatoirement un mixage qui se fait entre porte greffe et greffon. 
Donc nous voilà dans l'impasse, Marsol n'est pas le bon porte greffe du châtaignier du 21e siècle en Europe. La marche arrière va être périlleuse vu le manque de diversité des châtaigneraies françaises et d'ailleurs européennes. Le panier tombé au sol, tous les œufs sont cassés faute de n'avoir qu'un seul panier.
Il ne sert à rien d'avoir de puissants portes greffes, et des variétés très productives s'il se perd 30 à 40 % de la récolte possible avec le Cynips. Ainsi Bellefer, n'a plus l'intérêt qui lui est prêté, elle produit plus en théorie (60 kg à 10 ans par arbre). Elle fait bon accueil au Cynips. Certaines anciennes variétés qui n'ont coûté aucune étude conduites de façons modernes feront autant que Bellefer, de même calibre, le prestige (la frime) en moins.
Castanea sativa Dujardin est un porte greffe puissant qui coquine lui aussi avec le Cynips comme Marsol (et bien d'autres aussi).
Castanea sativa Malhas
est un porte greffe qui risque fort de rester dans l'anonymat. Grande vigueur, résistant aux maladies, ne développant pas la galle du châtaignier indispensable au Cynips pour se reproduire.
Sa production serait facile à mettre en place (en cépée, herbacée et in vitro). 
 - Première destination le bois d'œuvre pour les boisements forestiers. 
 - Ensuite pour la production de fruits, il faudra y greffer des variétés de châtaignes qui développent des galles pour tester la résistance aux galles. Marigoule est le berceau du cynips, et sa nounou en même temps (en autre).  Très vite nous  pourrons constater si avec Castanea sativa Malhas utilisé comme porte greffe, les variétés à fruits (test avec Marigoule) réduisent  la reproduction du cynips.
 - En fait, printemps 2019 et surtout 2020, nous aurons la réponse avec plusieurs variétés de châtaignes testées. 
 - La variété Bouche de Bétizac qui n'est pas impactée par le cynips n'a pas un grand avenir devant elle. C'est de la châtaigne de grosses productions, pas des châtaignes qui ont des saveurs variées comme le sont d'autres variétés. 2017 aura été dans bien des cas une année difficile pour Bouche de Bétizac. Intérieur des châtaignes grisâtre, (petit volume intérieur au mauvais goût) mauvaise conservation et fermentation inhabituelle dès le stockage. A force d'introduction de larves dans ses bourgeons par le cynips et la mort des pupes, qu'elle sera la réaction à plus long terme de cette variété hybride?. Sa mauvaise conservation en 2017 aurait t'elle pour cause la mort des pupes dans ses bourgeons ?
Au japon, les premières variétés hybrides qui ne développaient pas de galles ont finit par réagir et à développer des galles pour la reproduction du Cynips. Que penser des ces bogues de Marigoules qui ont plus de 5 châtaignes qui sont apparues cette année 2017 en Périgord Noir ?. Si ce n'est pas une réaction au Cynips, reste à en trouver la raison : l'environnement qui change ?.
- N
os région françaises
ont une multitude de variétés avec chacune leurs goûts particuliers. Bouche de Bétizac, c'est comme les pommes Golden : un produit de masse sans aucune originalité. Seulement Bouche de Bétizac n'est pas impactée par le cynips, et par  voie de conséquence c'est la ruée sur cette variété portée par le porte greffe Marsol. Ce dernier fait l'objet de spéculations et donc de commandes prépayées 1 à 2 ans d'avance. Ainsi personne ne peut négocier le prix des plants : c'est à prendre ou à laisser. 
 - Viendra un temps où les pépiniéristes se dirigeront vers d'autres productions végétales,  la châtaigne Bouche de Bétizac sera en disgrâce, (surproduction, goût sans originalité). 
Il est intéressant de noter que dans cette course effrénée aux plantations de châtaigniers, il s'est retrouvé sur le marché un peu de tout utilisé comme porte greffe. Pour expliquer les échecs constatés, la panacée universelle à fait surface : c'est les portes greffes qui n'étaient pas les bons. Pendant ce temps, certains pépiniéristes vendent des plants de Marigoules à 17 € qui ont des pousses d'un mètre . . . et des racines de 5/6 ans. Certains castanéicuteurs sont très pressés de récolter vite et beaucoup. Les pépiniéristes l'ont bien compris, l'omerta fait le reste. 
- Donc Marsol (bouturages herbagé et in vitro) est venu au secours de la demande croissante.  Ces simples désignations savantes à elles seules justifient le prix de 30 / 35 € par plant greffé. La pérennité des champs de châtaigniers à fruits passant bien après. L'intérêt premier des portes greffes Marsol était sa facilité de bouturage et son acceptation des greffons.
Néanmoins, le cynips met les pendules à l'heure et instruit ceux qui comme moi ne connaissait que les châtaigniers greffés, et les "codres" des taillis sous futaie. Ces dernières se sont révélées avec l'arrivée du Cynips d'une très grande diversité génétique que je n'avais jamais observé.
- Les meilleurs portes greffes ne sont t'ils pas sous nos châtaigniers multi-centenaires ?. Certes, c'est peut être bien une conséquence de n'être pas allé trop longtemps à l'école qui me fait penser à la simplicité comme étant une évidence. 
Conclusion : la feuille de route est simple, sans ambiguïté, un porte greffe C.sativa adapté à l'environnement doit être collecté rapidement pour satisfaire aux exigences castanéicoles du 21e siècle (siècle du Cynips pour les châtaigniers français).
L'Ardèche, premier département producteur de châtaignes en France a pour base des portes greffes Castanea sativa et des variétés de châtaignes sativa. Donc il nous reste de l'espoir.


Christian Ceyral
Farouchie
24290 Sergeac
05 35 54 02 16

*1 par appât du gain, du toujours plus ou plus simplement l'idiotie légendaire des hommes.

 



 

.
 

Les fruits ne disparaîtront que quand l'homme ne s'occupera plus assez bien d'eux : c'est déjà le cas.

Copyright 2017 -  Christian Ceyral informations légales, crée le : 14/05/2017 Mise à jour le : 05/04/2018

 ©